Mots-clé : colo

Inscription à la colonie 2018

Affiche de la colonie 2018

La colonie « Les Jonquilles » est ouverte aux garçons et filles âgés de 6 ans dans l’année jusqu’à 14 ans inclus.

Il y a deux sessions (séjours modulables possibles) :

  • du 9 au 28 juillet 2018 ;
  • du 4 au 23 août 2018.
Inscrivez vos enfants dès que possible, afin de pouvoir bénéficier des aides auxquelles vous avez droit (CAF), et avant que les crédits ne soient épuisés.

Télécharger le dossier d’inscription

Historique de la colonie de Meslay

Première colonie en 1945

Déjà dans les années 1945-46, plusieurs chrétiens se sentent appelés par Dieu à répondre aux besoins spirituels des enfants pendant les congés d’été.

La première « colo » s’est déroulée dans les locaux annexes d’un petit château où résident des retraités sous la direction d’un couple de Rouen, M. et Mme Martine. En mars 1946, le pasteur Pierre Nicolle remet 20 000 F. à Mme Adrienne Ballière pour organiser une colonie… c’est tout ce que la caisse contient, mais c’est trop peu pour faire face aux dépenses.

Celle-ci est sur le point de tout abandonner, quand le Seigneur lui met un verset sur le coeur : « Y a-t-il rien qui soit étonnant de la part de l’Eternel ? » Genèse 18/14. « C’est à ce moment que je saisis combien était urgente cette colonie de vacances pour le bien physique, moral et spirituel de nos enfants » devait-elle écrire.

En réponse à la prière, Dieu pourvoit de manière admirable à cette colonie normande dans un campement situé à Janval, qui se poursuit en 1947 et 1948 au Château de Rosendael, toujours à côté de Dieppe.

Puis l’Assemblée de Dieu rouennaise organise durant 19 ans des séjours à Crampoizic, en Bretagne, sous la direction d’Andrée Viar d’Elbeuf.

En 1967, les Églises de Caen et de Rouen, sous la conduite des pasteurs Boudehent et Copin, achètent en copropriété un château situé dans le petit village de Meslay, en Suisse normande.

Une partie du terrain est revendue pour payer la réfection de la toiture, et de longs mois de travaux suivent, assemblant le courage et le dévouement de nombreux chrétiens.

Mlle Andrée Viard de l’Assemblée d’Elbeuf dirige deux années de suite, puis c’est au tour d’Aline Richarté, Madeleine Ballière. Ensuite durant plusieurs années Jean-Marc Poirier, au mois de juillet et Jean-Louis Deverre, en août, dirigent des sessions qui regroupent jusqu’à 100–120 enfants qui chantent des cantiques avec dynamisme et reçoivent la bénédiction et la visitation de Dieu.

En 1981, l’Église de Caen se dirige vers un autre type d’activité et revend sa part de la propriété à l’Eglise de Rouen, hormis l’Orangerie, une petite maison et son jardin près du château, logement concédé au pasteur Boudehent jusqu’à son décès en 2008.

Depuis, quatre directeurs et leurs équipes se relaient en alternance tous les deux ans pour diriger des sessions en juillet et en août avec le même but : permettre à des enfants de recevoir la visitation de Dieu et garder ce précieux dépôt dans leur cœur, jusqu’à ce qu’à leur tour, ils aient le profond désir de le faire partager à d’autres.